two france
EDITION: France | 29-03-2023

La fusion des civilisations: une bonne raison pour �tre optimiste?

Les deux auteurs de cet article paru dans la revue am�ricaine Foreign Affairs, Kishore Mahbubani et Lawrence H. Summers commencent par affirmer que les 30 derni�res ann�es de l’histoire de l’humanit� ont probablement �t� les plus heureuses de toutes. Comment donc expliquer ce sentiment d�pressif que l’on constate dans un nombre de plus en plus grand de r�gion du globe? Les auteurs pensent que contrairement � ce que d�crit Samuel Huntington dans le Choc des Civilisations, on assiste non pas � une guerre des civilisations mais une fusion de ces m�mes civilisations qui devrait nous rendre tous optimiste.

Lawrence Henry Summers est un ancien pr�sident de l’universit� d’Harvard, et aussi l’ex pr�sident du White House's National Economic Council de Barack Obama. Il nous offre ici une id�e s�duisante, d’autant plus s�duisante qu’elle permet � tout dirigeant politique d’�viter de regarder en face les probl�mes difficiles. �Summers affirme que de plus en plus l’ensemble des soci�ti�s des diff�rentes civilisations aspirent � un bonheur proche de celui d�sir� par les classes moyennes occidentales. Les civilisations ne sont pas en guerre mais bien au contraire elles partagent des valeurs de plus en plus communes, y compris dans le monde musulman. �D’apr�s les �tudes de l’ONU les classes moyennes devraient passer de 1.8 milliards de personnes en �2009 � 3.2 milliards en 2020 and 4.9 milliards en 2030. De m�me le taux de mortalit� infantile a diminu� de moiti� entre 1990 et 2015, des progr�s spectaculaires, soulign�s par Bill Gates. L’�volution du monde musulman est lui aussi r�v�lateur de ces progr�s et de la modernisation de ces soci�t�s. L’auteur prend comme exemple la modernisation architecturale de villes de Malaisie et des �mirats. Il cite aussi la progression spectaculaire des femmes musulmanes qui font des �tudes sup�rieures. L’exemple de la Malaisie est impressionnant, m�me si ce pays est encore b�ti sur la division raciale de ses citoyens et sur la pr�dominance de la Charia.
Mais pour beaucoup elle paraitra simpliste, sous �valuant le facteur temps et les difficult�s de civilisations et des syst�mes sociaux de se transformer sans s’�crouler ou tomber dans la violence extr�me quand ces m�mes changements sont vus par une majorit� des populations concern�es comme une menace vitale pour des syst�mes qui ont mis des si�cles, voir des mill�naires � se constituer. Il suffit d�ailleurs de constater que pour pr�s de deux milliards d�habitants l��ducation est d�abord religieuse et fait bien peu de place aux sciences du r�el. Comment s��tonner des conclusions de nombreuses �tudes qui d�montrent que les th�ories du complot et la recherche de boucs-�missaires progressent � grande vitesse dans de nombreuses r�gions du monde. L�accroissement de la pression d�mographique a la plupart du temps pour cons�quence d�accentuer les conflits. Le Nig�ria, le Pakistan et m�me la Syrie sont de bonne illustration du fait qu�une vision ang�lique des conflits civilisationnelles est bien peu r�aliste.

Elle sous entendent aussi une id�e tr�s am�ricaine, que le syst�me de la d�mocratie am�ricaine est ce � quoi devrait tendre toute autre civilisation. Il suffit de regarder les derni�res statistiques, par exemple l’augmentation de 40% du taux de mortalit� des femmes am�ricaines de race blanche (augmentation caus�e en grande partie par le mal de vivre, le suicide ou l’abus de drogue), ou bien de suivre les d�bats de la campagne pr�sidentielle et ceux que soul�vent la victoire du Pr�sident Trump, pour voir qu’� l’�vidence le mod�le id�alis� tourne plut�t au cauchemar.

 

Source: Foreign Affairs
Date Publication: 20/Apr/2016

R�f�rence >>>>>

Kishore Mahbubani

(n� en 1948) est un ancien diplomate de Singapour. Il est aujourd’hui professeur d'universit�. Son �pouse est am�ricaine.

Bibliographie

Lawrence H. Summers

Biographie

Lawrence Summers et le New york Times